L’ALCHIMIE DU VERBE

DOM JUAN, tel qu’il inspira Molière
Théâtre, musique et marionnettes

Les Lunaisiens
Arnaud Marzorati Direction

vendredi 09 septembre | 20h | Senones


La merveilleuse alchimie… Emprunter les sources de Molière et restituer « Dom Juan, ou le Convive de pierre » de Joseph Dominique Biancolelli (1636-1688), pour rendre hommage à un auteur immortel, révéler l’extraordinaire et la merveilleuse alchimie de celui allait devenir le plus énigmatique de ses personnages.
Dom Juan est la pièce la plus baroque de Molière, avec un foisonnement de combats, d’épisodes amoureux, de spectres, d’effets de machines et de scènes où se mêlent les registres comiques, farcesques et tragiques. C’est une pièce ambigüe où Dom Juan joue un personnage provocateur qui combat toute autorité, encore plus cyniquement que ne le faisait Tartuffe. Une pièce redoutée dès sa création et qui n’a été jouée que quinze fois du vivant de l’auteur. Aujourd’hui encore, Dom Juan fascine par sa révolte.
Pour bâtir sa pièce, Molière s’est inspiré d’un sujet de théâtre à la mode, d’un mythe qui venait de prendre naissance quelques trente ans plus tôt en Espagne et dont les Italiens s’amusèrent avec la Commedia dell’arte.
Petit rappel historique : à Paris, pendant deux siècles, le Théâtre de la Foire remporte un succès prodigieux, avec un répertoire qui a pour particularité de parodier les grands ouvrages et les grands mythes, devant un public qui réunit le peuple et l’aristocratie. Les comédiens italiens, ces interprètes de la Commedia dell’arte, que le public adorait et que Mazarin avait installés en France en 1644 jouissaient de la profonde admiration de Molière.


> Programme
Une tragi-comédie pour chanteurs, comédiens, marionnettes et musiciens

> Acteurs & musiciens

Jean – Philippe DESROUSSEAUX conception, mise en scène, comédien, marionnettiste
François -Xavier GUINNEPAIN lumières et scénographie
Claire DEBONO soprano
Denis DUVAL comédien, marionnettiste
Mélanie FLAHAUT flûtes, basson, flageolet
Clémence SCHAMING violon
Christophe TELLART cornemuse, vielle à roue
Andreas LINOS viole de gambe
Étienne GALLETIER théorbe
ARNAUD MARZORATI baryton, direction artistique


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑